(COPY) Gabarit no 3 - A
 

Comment mettre des limites à un collègue qui se moque de vous

23 août 2018 par Marie d'Arima Conseils

La publication de notre article sur L’effet contagieux de l’incivilité, le 20 août dernier, a suscité bon nombre de commentaires. Il semble que plusieurs d’entre vous en ont assez des blagues de leurs collègues :

  • Bernard, tu es rendu à combien de mois de grossesse?
  • Denis, avec un nez de même, tu dois nous sentir de loin?
  • À la grosseur que tu as, cela te coute-t-il plus cher de prendre l’avion?
  • À quelle période de ton mois es-tu rendue? Me semblait aussi…
  • Tu parles pas Mireille, tu zozotes!

Les blagues peuvent amuser; les blagues peuvent aussi blesser, particulièrement, lorsqu’elles visent l’apparence physique ou les traits d’une personne. « C’est juste une joke! », direz-vous? Peut-être, mais avouons que sous le couvert d’une blague, on peut passer de nombreux messages…  Nous ne connaissons pas le bagage d’expériences de nos collègues et une blague peut toucher une corde sensible. Que penser d’un collègue à qui l’on rappelle sans cesse la calvitie – qu’il a déjà du mal à accepter – qui, le soir venu, exprime son exaspération à sa conjointe?

Imposer des limites à quelqu’un qui blague à votre sujet peut paraitre difficile. Vous ne voudriez pas avoir l’air susceptible ou encore aggraver le problème… Retenez cependant que le silence est le carburant des instigateurs d’incivilité ou de harcèlement au travail. Désamorcer rapidement le comportement devrait donc jouer en votre faveur…

Comment mettre ses limites?

  • Ne parlez jamais sous le coup de l’émotion; laissez retomber la poussière. Préparez-vous afin d’avoir un entretien avec votre collègue le lendemain.
  • Adressez-vous à votre collègue fermement, avec respect et calme. Il sera plus à l’écoute de votre message et plus enclin à collaborer s’il ne se sent pas jugé ou critiqué.
  • Décrivez le comportement qui vous dérange, exemples à l’appui, et demandez‑lui simplement de cesser de le faire.

Un exemple :

« À la grosseur que tu as, cela te coute-t-il plus cher de prendre l’avion? »

« Jean-Marc, j’adore ton sens de l’humour et je trouve que tu crées une belle ambiance dans le bureau… Mais, je n’ai pas apprécié ta blague au sujet du prix de mon billet d’avion; ça ne m’a pas fait rire du tout. Je sais que ce n’est pas pour mal faire, mais je te demande de ne plus me faire ce genre de blagues dorénavant. Je sais que je peux compter sur toi! Merci! »

Une technique toute simple qui fonctionne très bien! Pratiquez-la!

Marie-Josée Drouin, M.A., CRHA

Retour à la page blogue