Le harcèlement psychologique ou sexuel : que peut faire l’employeur?

9 avril 2019 par Brigitte Noel d'Arima Conseils

À savoir…

Selon une enquête menée en 2014 par la firme de sondage Angus Reid, 43 % des femmes ont été victimes d’inconduite sexuelle au travail contre 12 % des hommes.

Fait étonnant : 80 % des victimes ont choisi de ne pas dénoncer leur harceleur!

Dénoncer? Une démarche difficile…

« Je suis victime de harcèlement sexuel de la part du directeur, mais comment le prouver? » vous a confié votre collègue. « Chaque fois que nous sommes seuls, dans son bureau ou dans un corridor, ses mains deviennent fureteuses et il me tient des propos grivois. Évidemment, je n’ai jamais de témoin! »

La responsabilité de la preuve reposant sur la victime, voilà qui peut en décourager plus d’une de porter plainte. Et si, comme c’est parfois le cas, elle a tendance à se blâmer pour les agissements du harceleur…

Prévenir! La meilleure solution…

Rappelons que le harcèlement à caractère sexuel fait partie du harcèlement psychologique. L’employeur a des obligations légales en cette matière : il doit prendre les moyens raisonnables pour prévenir le harcèlement psychologique sous toutes ses formes.

Il a le devoir de :

  • protéger ses employés contre toute situation constituant du harcèlement psychologique ou sexuel de la part de collègues, de gestionnaires ou de personnes se retrouvant sur les lieux travail (fournisseurs, clients, visiteurs, etc.);
  • faire preuve de vigilance lors d’activités tenues à l’extérieur milieu de travail.

Pour encourager les victimes à sortir de l’ombre, il devrait :

  • avoir une politique efficace pour prévenir le harcèlement dans laquelle sont prévus un traitement rapide de la plainte et un suivi réaliste;
  • choisir avec doigté la personne responsable d’accueillir les plaintes. Dans le cas de harcèlement sexuel, la personne plaignante devrait pouvoir s’adresser, au choix, à une femme ou à un homme;
  • mettre en place les mesures préventives nécessaires afin que la personne plaignante puisse poursuivre son travail en toute sécurité.

En fin de compte, tous ne trouveront que des avantages à travailler dans un environnement respectueux!

par Ginette Soucy,  M.PS., CRIA
Avril 2019

Retour à la page blogue